Concentré d'actu Pulpe culture Aroma tech' Inspi préssée

Ces nouveaux sites inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO

2 juillet 2018

Hier, de nouveaux sites d’exception ont rejoint les rangs des endroits classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. On s’est dit que c’était l’occasion parfaite pour voir avec vous quels sont les critères de sélection, comment se passe le processus et quels sont les sites qui ont eu l’honneur d’intégrer le rang de ces lieux classés au patrimoine mondial ! C’est parti ! 

Quels sont les critères de sélection pour prétendre au patrimoine mondial de l’UNESCO ?

Avant même de parler des critères de sélection, il est important de noter que chaque pays qui désirerait classer une partie de son territoire doit en faire la demande en passant par une « liste indicative de sites qui souhaitent prétendre à la classification ». C’est uniquement après l’avoir fait que l’évaluation commence, par le biais de diverses commissions qui vont passer chaque site au crible. Le but ? Vérifier la régularité de la demande.

Patrimoine mondial de l'unesco : comment y entrer ?
Comment faire son entrée parmi les sites classés ?

En ce qui concerne les critères de sélections, ils sont au nombre de 10 :

–       Représenter une création importante de l’Homme.

–      Témoigner d’un échange d’influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, tant sur le point de vue architectural, technologique, artistique, urbain que paysager.

–       Être le témoin incontestable d’une culture ou d’une civilisation (vivante ou disparue).

–       Offrir un exemple de type de construction ou d’architecture reflétant une période charnière de l’histoire de l’Homme.

–       Être associé à des événements, traditions vivantes, croyances ou idées à signification universelle hors-norme.

–       Témoigner d’une mutation créée par l’Homme, lui permettant d’utiliser au mieux son territoire, tout en étant culturellement fort ou ayant joué un rôle crucial dans le processus d’interaction entre l’Homme et son environnement.

–       Témoigner d’une rareté naturelle d’exception.

–       Témoigner d’une étape charnière dans l’Histoire Humaine (en lien avec le monde géologique ou géomorphique).

–       Être un exemple représentatif d’un processus écologique ou biologique en cours, au sein du monde animal et végétal.

–       Contenir des habitats naturels représentatifs et d’importance majeure dans la préservation d’une espèce ou dans une mesure plus large, de la diversité.

Les sites qui en font la demande doivent au moins réunir un des critères évoqués. Un site a évidemment plus de chances si il réunit plusieurs critères et est donc potentiellement plus à même de rejoindre le plamares des sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO !

À quoi ça sert d’être classé au patrimoine mondial de l’UNESCO ?

Tout d’abord à recevoir des fonds. En effet l’UNESCO dispose d’un budget alloué que l’organisation doit répartir entre les différents sites classés. Néanmoins, il faut être conscient que les fonds alloué sont très très trèèèès limités.

D’un point de vue touristique, il semblerait qu’être classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO augmente considérablement les chiffres de la fréquentation touristique permettant à l’économie locale de connaître un bond important. Selon Philippe Gloaguen, fondateur du guide du routard, on constaterait une augmentation touristique de « 20 à 30% sur ces nouveaux sites ».

Outre les aspects financiers et économiques, la classification apporte sans conteste du prestige aux sites qui ont réussi à faire partie de ces privilégiés.

Et si on parlait de ces nouveaux sites maintenant ?

Tout d’abord il y a les montagnes de Baberton Makhonjwa (Afrique du Sud). Elles feraient partie des plus vieux sites au monde et leurs roches volcaniques dateraient d’il y a environ 3,8 milliards d’années. Incroyablement préservées, elles englobent 40% de la ceinture de roches vertes de Barberton.

Deuxième site à intégrer les sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, la réserve naturelle de Fanjinshan. Située dans la province du Guizhou, cette réserve possède une faune et une flore remarquables. De par son isolement et son amplitude altudinale elle fait partie des rares endroits avec une telle biodiversité.

Le troisième site est français et il s’agit de la chaîne des Puys. Reconnu pour ses caractéristiques géologiques rares, le site démontre parfaitement les effets de l’activité sismique et plus particulièrement de la tectonique des plaques.

Une nouvelle pépite rentre au patrimoine mondial de l'UNESCO
La Vallée de Tehuacán-Cuicatlánl rentre au patrimoine mondial de l’UNESCO

À ces nouveaux sites se rajoute aussi un site dit « mixte » (c’est-à-dire un site à la fois culturel ET naturel) : la Vallée de Tehuacán-Cuicatlánl (Mexique). La vallée abrite une richesse tant sur le plan de la biodiversité que de la protection des espèces végétales en danger. On pense notamment au cactus, qui sont très menacés à l’échelle mondiale.

Et voilà, vous êtes désormais au point niveau UNESCO ! On espère vous avoir permis de comprendre un peu mieux les spécificités de la classification au patrimoine mondial, mais surtout vous avoir donné envie d’étendre vos horizons et de découvrir le monde qui regorge de ces endroits fabuleux.

L’UNESCO a vu le jour le 16 novembre 1945, après avoir réalisé l’étendue des dégâts causés par la Seconde Guerre Mondiale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *