Concentré d'actu Pulpe culture Aroma tech' Inspi préssée

Handicap et technologie : un mariage prometteur ?

28 septembre 2018

Le 21ème siècle est synonyme d’avancées technologiques majeures. Un ordinateur est désormais aussi fin qu’un cahier. Des montres lisent nos sms. Nos téléphones sont devenus nos assistants personnels. On trouve même des algorithmes qui peuvent lire les ondes cérébrales ! Quoi de plus normal en 2018 ? Outre le côté purement gadget (côté souvent critiqué), ces avancées touchent d’autres secteurs. On pense notamment à l’automobile avec des voitures connectées ou encore au monde de la santé. Aujourd’hui nous allons nous intéresser à cette thématique mais, plus particulièrement, à celle difficile du handicap.

Quelques informations sur le handicap

Pour info, handicap vient de l’anglais « Hand in cap », le terme est originaire du jargon des sports hippiques. Il désigne, à l’origine, l’application d’un désavantage sur les meilleurs concurrents (application d’un poids sur le cheval le plus rapide par exemple) afin qu’ils laissent leurs chances aux concurrents les plus faibles.

Il faut savoir que les personnes considérées « handicapées » (handicap moteur ou mental) représentent 15% de la population mondiale. En France, ce chiffre s’élève à 12 millions, soit 14% des français.e.s. Le handicap est défini comme étant « le résultat de l’interaction entre une altération, durable ou définitive, d’une ou plusieurs fonctions motrices, sensorielles ou intellectuelles, et des obstacles rencontrés dans l’environnement matériel et social » autrement dit il y a autant de types d’handicap que de gouttes d’eau dans un verre plein. Il est donc plus qu’urgent d’avoir des personnes s’attelant à la recherche de nouveaux outils dont le but sera de faciliter le quotidien des personnes touchées. Correction, il est plus qu’urgent d’avoir PLUS de personnes, car on voit déjà fleurir de nouvelles technologies qui portent en elle, la promesse d’un avenir meilleur. Explications.

Le cas Jered Chinnock

Dans cette optique, en 2016, des médecins d’une clinique du Minnesota ont démarré une phase de tests à propos d‘un système de stimulation électrique implanté dans la colonne vertébrale des personnes handicapées ayant perdu l’usage de leurs jambes. Ce dispositif est censé provoquer la stimulation de la colonne vertébrale du patient afin de lui permettre de remarcher en « trompant son organisme ».

Et si il n'y avait plus d'handicap
Une invention qui replante la graine de l’espoir pour les personnes atteintes d’un handicap

Jered Chinnock est un des patients de cette étude et le premier à pouvoir marcher, à l’aide d’un déambulateur et d’un encadrement médical. Ce jeune homme de 29ans s’est retrouvé sans l’usage de ses deux jambes à la suite d’un accident de moto-neige arrivé en 2013. Il s’agit d’un cas très particulier pour l’étude car bien que les autres patients puissent bouger leurs hanches ou leurs orteils, lui seul a été capable de marcher. Il continue de se déplacer en fauteuil car, dès que la stimulation cesse, il ne conserve pas la possibilité d’utiliser ses jambes. Jered n’a pas (encore?) retrouvé de sensations corporelles lors de ses mouvements mais c’est déjà une grande avancée pour toutes les autres victimes d’un coup malencontreux du sort.

Un handicap ? Des solutions existent

Les handicapés moteurs peuvent désormais croire en un futur à contempler debout, sur leurs jambes. Mais ce ne sont pas les seuls. D’autres inventions sont à même d’apporter un bouleversement sans précédent. En voici quelques unes :

  • Un partenariat entre Google et Novartis a permis de mettre en place un projet (toujours à l’état de maquette) concernant des lentilles de contact qui auraient pour but de contrôler la glycémie du patient. Cela créerait, à terme,  un système moins intrusif qu’une prise de sang.
  • Le Japon n’est pas en reste. En effet, la société Emphasys a mis au goût du jour une télécommande menée par action oculaire, c’est-à-dire qu’elle analysera et mémorisera grâce à des capteurs, les différents mouvements oculaires et les assignera à une action particulière. Loin d’être accessible à tous, cette télécommande est faite pour les patients souffrant de la maladie de Charcot.
  • Stephen Hawkins, aussi atteint de cette maladie, avait développé avec Intel un fauteuil roulant 2.0 digne d’Iron man. Plein d’options, il permet aux personnes souffrant d’un handicap moteur d’avoir un suivi médical en direct avec la possibilité d’une vérification régulière des constantes vitales telles que la tension artérielle, le rythme cardiaque ou la température de l’organisme de son utilisateur. Il permet aussi à son propriétaire de se déplacer puisque l’équipement est capable de se repérer dans son environnement et d’identifier les espaces accessibles aux personnes à mobilité réduite. La médecine ne pouvant pas l’aider à lutter contre sa maladie dégénérative, Stephen Hawkins avait décidé de faire de la technologie du handicap, son Graal personnel.

En conclusion…

Avec ces avancées nous nous rendons compte que certaines fonctions (quasi vitales) que l’on pensait définitivement perdues pourraient être rebooter grâce aux nouvelles technologies. Les nouvelles technologies,  souvent critiquées pour leur potentielle aliénation des plus influençables et les risques qu’elles impliquent, permettraient ainsi de redonner de l’espoir à de nombreux patients. Pas de raison de paniquer, on est donc encore bien loin du Terminator mi-humain, mi-machine, et c’est mieux comme ça !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *