Concentré d'actu Pulpe culture Aroma tech' Inspi préssée

Agroécologie : des alternatives pour repenser l’agriculture

9 juillet 2018

L’agroécologie est une sorte d’hybride, un croisement entre les modes de production d’antan et les nouvelles alternatives qui se veulent plus éco-friendly. Il s’agit d’une complète refonte du système existant afin d’intégrer des préoccupations importantes au cœur du processus.

L’agroécologie, qu’est-ce que c’est ?

Parmi toutes ces alternatives pour une production plus juste, juste envers l’environnement mais aussi envers ceux qui la font vivre, l’agroécologie parvient vraiment à tirer son épingle du jeu. Il s’agit d’un projet qui souhaite mobiliser et écrire une nouvelle page dans l’histoire agricole française. Il consiste à envisager chaque maillon de la chaine agricole comme faisant partie d’un tout et cherche à trouver des synergies parfaites entre chaque processus de production. Le projet agroécologique touche donc à de nombreux domaines : la performance environnementale, la prise en compte de la qualité sociale des diverses exploitations ainsi que la performance économique et l’efficience.

Le terme agroécologie a été utilisé pour la première fois en 1928 par Basil Bensin, un agronome américain d’origine russe, pour décrire l’utilisation de méthodes écologiques appliquées à la recherche agronomique

Qu’est-ce que ça veut dire de façon concrète ?

Cela veut dire étudier chaque partie du processus de production afin de trouver les alternatives qui créeront du changement de façon globale. On pense par exemple à la gestion des ressources naturelles et à l’optimisation de leur utilisation, comment faire en sorte d’arroser mieux et moins, comment réduire voir stopper l’utilisation des produits phytosanitaires qui sont sujets à de nombreuses controverses et ce depuis plusieurs années déjà.

Autre exemple, comment lutter contre l’isolement des agriculteurs au sein des zones rurales ou leur offrir des formations aux nouvelles techniques agronomiques et d’élevage. Il faut rappeler que l’enseignement agricole français est le deuxième réseau éducatif français. De ce fait, il voit naître de nouvelles techniques et de nouveaux outils chaque année. Il est donc important de rester informé quant à ces nouvelles avancées. Dans une même mouvance, on voit apparaître des conseillers qui ont pour mission d’accompagner et d’aider ces agriculteurs dans leurs réflexions. La finalité étant de pouvoir créer un processus de production qui utiliserait ces nouvelles alternatives comme son fer de lance.

Trouver des alternatives
Revoir notre façon de produire est plus que nécessaire

Il existe d’ailleurs un outil de diagnostic agroécologique développé par le ministère de l’Agriculture, de l’Agro-alimentaire et de la Forêt ainsi que l’ACTA (réseaux des instituts techniques agricoles). L’outil s’adapte aux besoins des utilisateurs et permet de proposer des solutions, à qui souhaiterait mettre en place une véritable transformation de son processus de production.

L’État et l’Union européenne ont d’ailleurs mis en place un système de dotation et de prêts modifiés (gérés par les conseils régionaux) afin d’aider de nouveaux agriculteurs à s’installer et à utiliser des techniques plus respectueuse de l’environnement. Les crédits consacrés à la mise en place de ces mesures et d’une agriculture biologique ont d’ailleurs doublé sur la période 2015-2020 afin de pousser les agriculteurs dans cette direction. Le but étant de leur donner les moyens de déclencher un changement profond de certaines pratiques agricoles. Bien évidemment le système est encore loin d’être parfait et doit faire face à de la concurrence venue de pays où la législation, notamment en matière d’agriculture biologique, est plus « souple ». Néanmoins, c’est en commençant à changer progressivement les habitudes que l’on parviendra à opérer un vrai changement oui, mais un changement DURABLE.

Ça concerne qui ?

Tout le monde. Même si c’est vrai qu’il est d’abord question de changer les modes de production des agriculteurs, il en est aussi du rôle de l’État et de ses différents acteurs de soutenir, de porter et d’incarner un tel projet. Les politiques territoriales doivent aussi mettre en place des solutions afin d’aider ces agriculteurs qui ne peuvent opérer de telles transformations sans être soutenus, encadrés et éduqués aux nouvelles inventions. On sait que pour la plupart ils courent déjà après le temps, il est donc du devoir des grandes instances de leur fournir toutes les clés, afin de leur éviter de perdre de ce temps si précieux.

Sachez que vous aussi, vous pouvez prendre un rôle actif dans cette transformation. Optez pour des produits de saison, français et respectueux de l’environnement par exemple, car en fin de compte pour que ce type de système marche, il faut que chacun joue son rôle.

Une alternative qui regroupent les alternatives !

L’agroécologie ne concerne pas que la production, ce serait faire un sacré raccourci. Elle regroupe différents secteurs tel que l’écologie, l’agronomie, l’agroforesterie et la liste est encore très longue. En effet, elle intègre différents courants de pensées et d’analyses techniques qui partagent toutes un but commun : trouver les meilleures solutions pour produire autrement (mais surtout mieux) !  Pour qu’un tel système marche il est crucial d’analyser, décortiquer et remettre en question bon nombre de techniques établies quitte à secouer un peu le cocotier pour parvenir à une prise de conscience de masse.

agroécologie et prise de conscience
C’est avec un effort commun qu’on peut choisir ces alternatives !

Grâce à cette nouvelle façon de produire, de nombreuses thématiques sont abordées : étude de la structure des sols, la fertilisation, la question épineuse des phytosanitaires et des alternatives plus naturelles, ou même le sujet du climat ou celui du reboisage.

Bref vous l’aurez compris, l’agroécologie considère la production dans sa globalité et permet une remise en question en profondeur des modèles que l’on applique depuis des années. Lorsque l’on voit que les pays nordiques excellent dans ce genre de raisonnement et de transformation pour un monde plus vert, on a envie de suivre cette mouvance et de se joindre à eux ! Pas vous ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *